L’Europe centrale face au coronavirus – Le temps des controverses politiques (Fil d’Actu)

Retrouvez toutes les actualités concernant la propagation de la pandémie causée par le coronavirus dans les pays de l’Europe centrale et ses conséquences sanitaires, sociales et politiques. La Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie se préparent fébrilement à une forte augmentation du nombre de personnes infectées dans les semaines qui viennent.

Ce fil d’actualités vous est proposé en accès libre. Abonnez-vous au Courrier d’Europe centrale pour vous tenir informé, pour accéder à 5000 articles en archives et pour soutenir le média francophone de référence sur la région !

1er avril (13h20) – Le pic épidémique attendu mi-juillet en Slovaquie

Selon de nouvelles modélisations, la Slovaquie pourrait ne connaitre le pic épidémique qu’à la mi-juillet. Le nouveau gouvernement se montre confiant dans la capacité du pays à faire face à la pandémie causée par le coronavirus.

Selon les dernières modélisations effectuées par les épidémiologistes du ministère de la Santé, le pic de l’épidémie ne pourrait intervenir qu’à la mi-juillet. Le ministre slovaque de la Santé, Marek Krajčí, a fait savoir lundi 30 mars que les modélisations […]

1er avril (11h30) – La répartition géographique des cas en Hongrie

Le gouvernement hongrois a communiqué, mardi 31 mars, cette carte qui ventile les cas de personnes testées positives au SARS-CoV-2 par département (megye) . Selon les données publiées par le gouvernement, il y a 525 cas détectés à la date du 31 mars, dont la moitié (232) se trouvent à Budapest. (koronavirus.gov.hu)

1er avril (10h) – En Hongrie, c’est l’armée qui est aux commandes dans les hôpitaux

51 des 108 hôpitaux du pays sont passés, à ce jour, sous administration militaire. Selon le ministre de la défense, Tibor Benkő,
il est nécessaire d’apporter une réponse centralisée dans cette situation d’urgence, a-t-il déclaré mardi à la chaîne d’information publique M1.

1er avril (10h) – 2 000 respirateurs de plus attendus en Hongrie

Selon le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, la Hongrie avait agi à temps pour assurer l’arrivée de suffisamment d’équipements de protection contre le coronavirus. Cette semaine, 20 avions doivent assurer la livraison de 10 millions de masques, 2,5 millions de tests rapides, 300 000 paires de gants et plus de 2 000 respirateurs. (MTI)

31 mars (11h30) – Tollé en Tchéquie après la fuite d’un document du ministère de la Défense

Un document rédigé par le ministère de la Défense et obtenu par l’hebdomadaire « Respekt » propose au gouvernement de prendre des mesures pour autoriser le transfert de tous les pouvoirs au gouvernement en cas d’incapacité du parlement à agir et, si le cabinet ne peut se réunir, de permettre au premier ministre Andrej Babiš de gouverner seul. Le ministre de la Défense a tempéré la portée de ce document, purement analytique selon lui. « Je reconnais que le moment choisi pour soumettre ce document analytique au cabinet n’était pas des plus heureux », a-t-il concédé.

31 mars (10h30) – Un système de traçage des personnes infectées au covid-19 en Tchéquie

« La quarantaine intelligente », c’est un système de géolocalisation que souhaite généraliser le gouvernement tchèque pour retracer les déplacements des personnes infectées pour identifier des chaînes de contamination et permettre de lever petit à petit les mesures de confinement qui paralysent le pays. Entretien avec le chef du Conseil de crise, Roman Prymula.

31 mars (10h) – En Hongrie : coup d’État ou coup politique ?

Le parlement a voté lundi pour donner des pouvoirs exceptionnels au chef du gouvernement, Viktor Orbán, dans la lutte contre l’épidémie causée par le coronavirus. Provoquant l’émoi en Hongrie et à l’étranger.

30 mars (20h30) – Le parlement hongrois donne des pouvoirs exceptionnels à Viktor Orbán

Le premier ministre Viktor Orbán va gouverner la Hongrie avec des pouvoirs sans précédent depuis la fin du communisme. Lundi après-midi, les 133 députés de la coalition nationale-conservatrice Fidesz-KDNP, et 5 autres, ont approuvé une « loi contre le coronavirus » qui confère au premier ministre le pouvoir de gouverner par décrets et de suspendre l’application de lois existantes pour lutter contre les conséquences sanitaires et économiques de l’épidémie causée par le covid-19. Cela sans limite de temps.

30 mars (13h30) – La Fondation de George Soros donne 1 million d’euros à Budapest

Les Open Society Foundations de George Soros vont faire don d’un million d’euros « pour aider la ville de Budapest en solidarité avec les habitants de ma ville natale au milieu de cette urgence sans précédent », comme l’a expliqué le milliardaire et philanthrope américano-hongrois.

« Je suis né à Budapest, au milieu de la Grande Dépression, à peine une décennie après que la grippe espagnole a fait des milliers de morts à Budapest. J’ai vécu la Seconde Guerre mondiale, le règne des Croix-Fléchées et le siège de la ville. Je me souviens de ce que c’est que de vivre dans des circonstances extrêmes », écrit-il dans un communiqué de presse.

30 mars (11h30) – En Pologne, les travailleurs paieront l’ardoise laissée par le coronavirus

Adopté dans l’urgence par la chambre basse du Parlement dans la nuit du vendredi au samedi 28 mars, le plan de soutien à l’économie polonaise face à la pandémie de Covid-19 doit encore être formellement approuvé par le Sénat et le président de la République, mais a toutes les chances d’entrer en vigueur tel quel, malgré de nombreux défauts.

30 mars (11h) – La quarantaine est levée dans la région d’Olomouc

Les habitants des municipalités de Litovel, Uničov et de 19 autres municipalités de la région d’Olomouc ont retrouvé une certaine liberté à minuit après deux semaines de quarantaine complète. La région avait connu une explosion de cas à la mi-mars et avait été ainsi isolée du reste du pays, une mesure unique en Tchéquie jusqu’à présent. On compte 17 morts en République tchèque, 2837 personnes infectées et 43 498 testées. (iRozhlas)

28 mars (9h) – L’Autriche, le pays le plus touché dans la région

L’Autriche est – de loin – le pays où l’on dénombre le plus de personnes infectées par le coronavirus. Près de 8 000 personnes étaient diagnostiquées positives au Covid-19 à la date du 27 mars, soit beaucoup plus qu’en République tchèque et qu’en Pologne, les deux autres pays de la région où l’on recense le plus de cas.

Attention ! Il est à noter que le nombre de cas diagnostiqués n’est pas un indicateur suffisant pour prendre la mesure de l’épidémie. Il est très dépendant des politiques de santé publique mises en place dans chaque pays, notamment du nombre de tests de dépistage pratiqués. Il est vraisemblable que les données présentées ci-dessous sous-estiment le nombre réel de cas.

28 mars (6h30) – Le nombre de morts du coronavirus dans les pays du groupe de Visegrád

A la date du 27 mars, la Pologne a enregistré 16 décès causés par une infection par le covid-19, la Hongrie 10, la Tchéquie 9 et la Slovaquie 0. (Center for Systems Science and Engineering (CSSE) at Johns Hopkins University)

28 mars (6h30) – Le nombre de cas diagnostiqués dans les pays du groupe de Visegrád

Parmi les pays du « V4 », c’est la République tchèque qui a détecté le plus grand nombre de cas de personnes infectées par le coronavirus, avec plus de 2 000 à ce jour.

Attention ! Il est à noter que le nombre de cas diagnostiqués n’est pas un indicateur suffisant pour prendre la mesure de l’épidémie. Il est très dépendant des politiques de santé publique mises en place dans chaque pays, notamment du nombre de tests de dépistage pratiqués. Il est vraisemblable que les données présentées ci-dessous sous-estiment le nombre réel de cas.

27 mars (8h30) – Orbán annonce de nouvelles restrictions pour les Hongrois

Ce vendredi matin sur la radio Kossuth, le chef du gouvernement Viktor Orbán a annoncé de nouvelles mesures de distanciation sociale et de confinement pour ralentir la progression de l’épidémie, qui seront en vigueur du 28 mars au 11 avril : les Hongrois devront conserver une distance d’1,5 mètre entre eux dans les lieux publics, contre 1 mètre jusque-là. Les magasins d’alimentation et les pharmacies seront réservées aux personnes âgées entre 9h à 12h (une mesure déjà appliquée en Slovaquie). Les Hongrois peuvent sortir de chez eux pour se rendre au travail, faire des achats nécessaires (alimentation et médicaments), mais aussi pour se dégourdir les jambes. Il n’auront pas besoin d’attestation pour cela. Pas de grand changement donc pour les Hongrois dont la grande majorité s’est confinée d’elle-même depuis la mi-mars. Avec 39 nouveaux cas diagnostiqués jeudi, le nombre de personnes infectées par le coronavirus (Covid-19) et détectées par les autorités sanitaires est de 300. (Koronavirus.gov.hu)

27 mars (7h30) – Une application pour tracer les malades en Slovaquie ?

En Slovaquie, l’État prépare le lancement d’une application inspirée de l’application Trace Together grâce à laquelle le gouvernement singapourien peut suivre à la trace la localisation et les déplacements des personnes infectées par le coronavirus. Les détails seront présentés la semaine prochaine par la ministre Veronika Remišová, mais le journal Dennik N sait déjà que l’application mobile sera proposée pour Android et iPhone et fonctionnera avec la technologie Bluetooth et sera développée par la société informatique slovaque Sygic. (Dennik N)

27 mars (7h30) – Des Slovaques rapatriés des États-Unis

Plus de 350 Slovaques vont être rapatriés des États-Unis, du Danemark et de Cuba dans les prochaines heures. Vendredi matin, un avion en provenance de Washington atterrira à Bratislava, avec à son bord 300 passagers dont la moitié de Slovaques, les autres étant des citoyens de Hongrie, de Slovénie et de République tchèque. Les Slovaques seront placés en quarantaine dans l’un des services d’hébergement du ministère de l’Intérieur et de la Défense, tandis que les Hongrois, les Tchèques et les Slovènes seront pris en charge par leurs ambassades. Le gouvernement a rapatrié environ 1 500 personnes et 600 autres sont rentrées en Slovaquie par leurs propres moyens depuis le début de la crise liée à l’épidémie causée par le coronavirus. (Dennik N)

26 mars (17h30) – En Hongrie, le pic attendu en juin ou juillet

L’épidémie de coronavirus devrait culminer en Hongrie en juin ou juillet, a déclaré ce jeudi Gergely Gulyás, porte-parole du gouvernement, qui a tout de même précisé que ces prévisions, constamment révisées, pourraient évoluer. (Index.hu)

26 mars (7h30) – La Slovaquie reçoit 100 000 masques de Turquie

Un avion gouvernemental slovaque a transporté, depuis la Turquie, 100 000 masques de protection FFP3 mercredi, a déclaré le Premier ministre Igor Matovic (OLaNO).

26 mars (7h30) – La Hongrie conserve pour elle sa production d’hydroxychloroquine

« La Hongrie est l’un des principaux exportateurs mondiaux de cette substance, (mais) la protection et l’approvisionnement médical de la population hongroise sont désormais prioritaires », a communiqué le gouvernement mercredi, après avoir interdit l’exportation commerciale du sulfate d’hydroxychloroquine, qui entre dans la composition de traitements contre le coronavirus utilisés dans plusieurs pays. (Reuters)

26 mars (7h) – Un diplomate britannique décède à Budapest

Steven Dick, premier conseiller de l’ambassadeur de Grande-Bretagne en Hongrie, est décédé mardi après avoir contracté le covid-19, a fait savoir l’ambassade britannique. Il était âgé de 37 ans et est la dixième victime du coronavirus en Hongrie.

26 mars (7h) – L’armée hongroise monte un hôpital militaire de campagne

L’armée a mis sur pied un hôpital sous tente dans la cour de l’hôpital Szent László de Budapest, où sont reçus les malades du coronavirus. Il servira à présélectionner les patients afin de les orienter au plus vite dans les différents services de soins de l’hôpital Szent László. Le site internet de l’armée (honvedelem.hu) ne précise pas combien de patients peut accueillir ce « système de tente ultramoderne ». Index.hu rapporte que des lits de camps ont aussi été installés dans un pavillon du Palais des expositions de Budapest pour recevoir des malades.

25 mars (11h) – Le nombre de cas diagnostiqués dans les pays du groupe de Visegrád

Attention ! Il est à noter que le nombre de cas diagnostiqués n’est pas un indicateur suffisant pour prendre la mesure de l’épidémie. Il est très dépendant des politiques de santé publique mises en place dans chaque pays, notamment du nombre de tests de dépistage pratiqués. Il est vraisemblable que les données présentées ci-dessous sous-estiment le nombre réel de cas.

25 mars (8h45) – Des horaires aménagées pour les personnes âgées en Slovaquie

Les magasins d’alimentation seront réservés aux personnes âgées de plus de 65 ans entre 9h et 12h et seront fermés le dimanche pour permettre leur nettoyage de fond en comble, a annoncé mardi le premier ministre slovaque Igor Matovič. (TASR)

25 mars (8h30) – Témoignages de nos correspondants de Prague à Moscou en passant par Varsovie

De Prague à Moscou en passant par Kiev, et de Varsovie à Budapest en passant par Bratislava, nos correspondants témoignent de la vie suspendue par la propagation de l’épidémie causée par le coronavirus et de la crise sanitaire qui couve.

25 mars (8h30) – En République tchèque aussi, les chiffres montent en flèche

Par Guillaume Narguet, à Prague – Les Tchèques se sont empressés de fermer leurs frontières, de limiter la liberté de circulation des personnes, et comme leurs voisins slovaques notamment, ils ont d’abord été sévèrement critiqués pour leur repli par les autres pays et la présidente de la Commission européenne. Depuis lundi, je travaille donc à domicile, même si Radio Prague International continue de diffuser ses émissions et d’informer dans plusieurs langues ses auditeurs et lecteurs de son site de l’actualité angoissante. […]

25 mars (8h30) – En Ukraine, la défiance face aux autorités

Par Sébastien Gobert, Collectif D&B, à Kiev – A Kiev, ce 18 mars, le premier jour de quarantaine se vit en dilettante. La plupart des cafés et restaurants sont effectivement fermés, mais quelques cafés ouvrent toujours leurs portes pour servir des clients. Dans la rue, néanmoins.

25 mars (8h) – De nouvelles mesures de confinement en Pologne

A compter de ce mercredi, les Polonais ne peuvent sortir de chez eux que pour trois raisons : se rendre au travail, faire des achats nécessaires (alimentation, pharmacie, hygiène) et faire du bénévolat dans la lutte contre l’épidémie. Le premier ministre Mateusz Morawiecki et son ministre de la Santé Łukasz Szumowski ont aussi annoncé mardi que les rassemblements de plus de deux personnes sont interdits (à l’exception des rassemblements familiaux) et que les cérémonies religieuses (messes et funérailles) devront se limiter à cinq personnes. Il reste possible de faire de l’activité physique telle que le jogging, le vélo et la marche, à deux personnes au maximum et en évitant les autres personnes. On compte à ce jour 900 cas d’infection en Pologne et 10 personnes décédées. (Gazeta Wyborcza)

24 mars (15h30) – La Hongrie réceptionne 70 tonnes de matériel médical en provenance de Chine

La Hongrie a réceptionné, mardi matin, près de 70 tonnes de matériel médical arrivant de Chine : 86 appareils respiratoires, 100 000 tests pour diagnostiquer la présence du covid-19, 3 millions de masques, 100 000 vêtements de protection et 100 000 paires de gants. La cargaison a été accueillie en grandes pompes par le Premier ministre Viktor Orbán, accompagné de son Ministre de l’Innovation et de la Technologie et du recteur de l’Université Semmelweis et en présence de l’ambassadeur de la République populaire de Chine en Hongrie.

24 mars (9h) – Un état d’urgence liberticide en Hongrie ?

La Commission européenne a estimé lundi que le projet de loi sur un état d’urgence prolongé en Hongrie pour lutter contre la pandémie causée par le nouveau coronavirus devait être « proportionné et nécessaire ».

Le Fidesz a présenté lundi au parlement un projet de loi qui permettrait à Viktor Orbán de gouverner par ordonnances sous un régime d’état d’urgence prolongé. Les partis d’opposition se sont élevés contre ce texte qui donnerait les pleins pouvoirs au chef du gouvernement et mettrait le parlement hors-jeu. (AFP)

24 mars (8h30) – 187 cas en Hongrie, 8 morts

Le nombre de patients diagnostiqués avec le coronavirus en Hongrie est passé à 187 ; 92 personnes se trouvent placées en quarantaine; 21 sont guéries ; 8 sont décédées. (Gouvernement)

24 mars (7h30) – Une 8e victime en Pologne

Le 23 mars, un huitième malade est décédé des suites d’une infection par le Covid-19 en Pologne. Il s’agit d’un homme âgé de 83 ans décédé dans un hôpital de Tychy, en Silésie. (Gazeta Wyborcza)
23 mars – Un homme de 83 ans est décédé dans un hôpital de Tychy.
22 mars – Un patient de 37 ans est décédé à Poznań ; Un homme de 43 ans à Radom.
17 mars – Un homme de 57 ans est décédé à Wałbrzych.
16 mars – Un homme de 67 ans est décédé à Łańcut.
14 mars – Un patient de 66 ans à Lublin.
13 mars – Un homme de 73 ans à Wrocław.
12 mars – Une femme de 57 ans est décédée à Poznań.

24 mars (7h) -Volkswagen maintient ses usines à l’arrêt en Slovaquie

Le constructeur automobile allemand Volkswagen a décidé de prolonger jusqu’au 5 avril l’arrêt de sa production dans les trois usines qu’il exploite en Slovaquie, à Bratislava, Martin (région de Žilina) et Stupava (région de Bratislava). (TASR).

24 mars (7h) – La Slovaquie cherche à étendre le dépistage

La Slovaquie dispose actuellement de 13 000 kits de dépistage du nouveau coronavirus et devrait en acquérir 19 000 autres au cours des prochains jours. Le gouvernement souhaite augmenter le nombre de personnes testées à 3 000 par jour, a déclaré lundi le Premier ministre Igor Matovič. (TASR)

23 mars (15h) – Kaczyński veut maintenir les élections présidentielles en Pologne

Le président du PiS Jarosław Kaczyński a déclaré samedi sur la radio RMF FM qu’il ne voit rien qui s’oppose à la tenue de l’élection présidentielle le 10 mai.

23 mars (14h30) – 100 000 tests pour la Pologne

Un contrat a été signé vendredi portant sur l’achat de 100 000 tests pour le diagnostic du covid-19 fabriqués en Chine à destination de la Pologne. La société polonaise Unimot, un importateur de carburants et d’huiles de moteur sur le marché polonais, a pris l’initiative auprès de la société pharmaceutique Sinopharm International basée à Hong Kong. La production, qui devrait durer 14 jours, a déjà débuté. Les tests, au prix de 3,5$ l’unité, seront offerts au gouvernement polonais. (Rzeczpospolita)

23 mars (11h30) – Des milliers de cas à la fin de la semaine en Pologne ?

« Il pourrait y avoir plusieurs milliers de personnes infectées par le coronavirus à la fin de cette semaine », a déclaré le ministre de la Santé, Łukasz Szumowski, interrogé par RMF FM. A ce jour, la Pologne a diagnostiqué 649 cas et 7 personnes sont décédées. « L’âge des patients décédés n’est pas si élevé, mais tous souffraient de diverses autres maladies graves », a affirmé le ministre. (Rzeczpospolita)

23 mars (11h) – La Hongrie réceptionne du matériel médical

Un avion de transport turc Airbus A330 a atterri samedi soir à l’aéroport Liszt Ferenc de Budapest, transportant des masques médicaux protecteurs fabriqués par la société turque Teknomelt. Une cargaison de matériel de protection en provenance de Shangai doit arriver ce lundi matin, a communiqué dimanche la compagnie Wizz Air qui doit en assurer le transport. (24.hu)

23 mars (10h30) – Imbroglio diplomatique entre la Pologne et l’Italie

La Pologne a-t-elle saisi des masques faciaux de protection contre le coronavirus destinés à la région du Latium, où se trouve la capitale Rome ? C’est ce qu’a affirmé Alessio D’Amato, chef du département des soins de santé du Latium, cité par le site d’information polonais Onet et repéré par Notes from Poland : « Il est grave et absurde que 23 000 masques FFP2 achetés par la région du Latium aient été saisis par les services des douanes en Pologne ». Le ministère polonais des Affaires étrangères a démenti dimanche soir via Twitter, affirmant qu’aucun transport de masques de la Pologne vers l’Italie n’a été bloqué et a affirmé sa solidarité avec l’Italie durement touchée par l’épidémie.

23 mars (10h30) – La progression du nombre de cas détectés en Slovaquie
22 mars (18h30) – Le nombre de cas de personnes infectées détectés par pays

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus et détectées depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 22 mars : Autriche : 3244 ; Tchéquie : 1047 ; Slovénie : 414 ; Pologne : 563 ; Roumanie : 433 ; Slovaquie : 178 ; Hongrie : 131 ; Ukraine : 47.

Le nombre de personnes décédées des suites d’une infection par le COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 22 mars : Autriche : 9 ; Pologne : 7 ; Roumanie : 2 ; Slovénie : 1 ; Slovaquie : 1 ; Hongrie : 4 ; Ukraine : 3.

22 mars (10h) – La Tchéquie met la main sur du matériel destiné aux Chinois en Italie

Le 17 mars, le ministère de l’Intérieur et la région d’Ústí nad Labem, frontalière avec l’Allemagne, ont saisi un lot de 101 600 masques et de respirateurs (en nombre indéterminé) envoyé par la Chine à destination de l’Italie. Dans un communiqué publié vendredi, le ministère tchèque de l’Intérieur Jan Hamáček a regretté un « malentendu » dans la confiscation du matériel médical, un don de la Croix-Rouge de la province du Zhejiang aux expatriés chinois en Italie. « Le ministère de l’Intérieur a regretté ce malentendu et est en train de discuter avec la province du Zhejiang pour résoudre le problème », a indiqué le communiqué, signé par le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur Jan Hamacek. (China.org.cn)

Les Hongrois ont-ils de leur côté saisi du matériel destiné aux Tchèques ? Le journal tchèque Idnes.cz écrit que la région de Moravie-Silésie avait commandé un demi-million de masques à l’Inde pour se protéger contre le coronavirus, mais que la cargaison avait été saisie à Budapest. Samedi, les autorités hongroises ont nié : « Aucune autorité n’a saisi les masques », a affirmé le colonel Tibor Lakatos. (Index.hu)

22 mars (8h30) – Drôle de passation de pouvoir en Slovaquie !

La présidente Zuzana Čaputová a nommé samedi 21 mars, au palais présidentiel, le nouveau gouvernement qui sera dirigé par Igor Matovič, vainqueur des élections le 29 février.

Zuzana Čaputová a nommé Igor Matovič au poste de Premier ministre au Palais présidentiel (photo : TASR)
22 mars (8h) – En Pologne, près de deux cent mille personnes sous surveillance

A la date du 21 mars, 1047 personnes sont hospitalisées en Pologne (de nombreux hôpitaux sont vides et en attente de patients infectés) ; 54 814 personnes mises en quarantaine parce qu’elles ont été en contact avec le virus ; 74 106 Polonais rentrés de l’étranger également en quarantaine ; 56 623 personnes qui ont eu un contact indirect avec le virus sont sous surveillance épidémiologique et ne peuvent sortir de chez elle qu’en cas de nécessité. (OKO.Press)

21 mars (21h) – Le nombre de cas de personnes infectées détectés par pays

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus et détectées depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 21 mars : Autriche : 2814 ; Tchéquie : 925 ; Slovénie : 383 ; Pologne : 452 ; Roumanie : 367 ; Slovaquie : 144 ; Hongrie : 103 ; Ukraine : 41.

Le nombre de personnes décédées des suites d’une infection par le COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 21 mars : Autriche : 8 ; Pologne : 5 ; Slovénie : 1 ; Slovaquie : 1 ; Hongrie : 4 ; Ukraine : 3.

21 mars (21h) – L’épidémie suscite un élan de solidarité en Tchéquie

Dans un élan de solidarité comme peuvent engendrer les situations de crise telle que l’actuelle pandémie causée par le coronavirus, des Tchèques s’organisent pour coudre eux-mêmes les masques de protection qui manquent partout dans le pays. Notre correspondant à Prague a mis la main à la pâte.

21 mars (11h30) – Les chiffres de l’épidémie en Hongrie

Le nombre de personnes diagnostiquées positives au Covid-19 en Hongrie est passé à 103. Parmi elles, on compte 10 Iraniens, 2 Britanniques, 1 Kazakh, 1 Vietnamien et 89 Hongrois. 117 autres personnes sont placées en quarantaine, 7 sont guéries, et 4 sont décédées. Voici le dernier bilan communiqué par le gouvernement ce samedi matin.

21 mars (11h) – « Nous devons gagner la lutte contre l’épidémie », déclare Pellegrini dans son dernier discours à la nation

La Slovaquie est confrontée à la situation la plus critique de son histoire moderne et nous devons gagner la lutte contre l’épidémie insidieuse avec un minimum de pertes, a déclaré le Premier ministre sortant Peter Pellegrini (Smer-SD), dans son discours final à la nation diffusé jeudi par la télévision publique. « Dans des situations désespérées, la nation slovaque a toujours été sauvée par sa solidarité, son unité et sa volonté de se sacrifier pour le bien commun. Aujourd’hui, nous avons besoin de cette même détermination et du même sens de la fraternité », a déclaré le Premier ministre. La présidente Zuzana Čaputová a accepté la démission de Pellegrini et nommera ce samedi Igor Matovic, vainqueur des législatives fin février. (TASR)

21 mars (8h) – 1 million de masques pour la République tchèque

Un avion en provenance de Chine s’est posé vendredi à Prague avec à son bord plus d’un million de masques de protection respiratoire, a annoncé le gouvernement. « L’avion contient 1,1 million de masques FFP2 qui seront immédiatement distribués aux hôpitaux et à d’autres endroits », a déclaré le ministre de l’Intérieur Jan Hamáček, lors d’une conférence de presse à l’aéroport de Prague. (AFP)

20 mars (15h) – Des milliers de Hongrois se retranchent au Lac Balaton

Heureux sont les propriétaires d’une résidence secondaire autour du Lac Balaton ! Avec les 20° affichés par les thermomètres cette semaine, le lieu de villégiature préféré des Hongrois offre ces jours-ci un terrain de repli de luxe pour Budapestois et autres urbains angoissés par l’inéluctable propagation du covid-19.

20 mars (14h) – La Hongrie toujours dans l’attente de matériel médical

« L’épidémie se propage et il y aura une augmentation spectaculaire du nombre de malades dans les prochains jours », a déclaré Gergely Gulyás, le chef de cabinet du Premier ministre, lors de sa conférence de presse jeudi.

La Hongrie est dans l’attente de 120 000 masques expédiés d’Allemagne, et Gergely Gulyás affirme que des millions d’autres devraient arriver de Chine dans les prochains jours. L’achat d’équipement de protection est très difficile, chaque pays européen essayant de conclure un accord avec la Chine, a-t-il déclaré.

Sur le volet économique, Gergely Gulyás a prévenu que les conséquences économiques seront « graves » et que plusieurs centaines de milliers de personnes vont perdre leur emploi. (MTI)

20 mars (13h) – Des masques pour la Slovaquie

Un avion en provenance de Chine affrété par le gouvernement slovaque et chargé d’articles médicaux pour aider à contenir le coronavirus a atterri à l’aéroport de Bratislava jeudi après-midi. Le Premier ministre Peter Pellegrini et la ministre de l’Intérieur Denisa Saková, présents à son arrivée, a déclaré qu’il y avait à son bord 1 million de masques à usage unique et plus de 100 000 tests rapides. Denisa Saková a précisé que la République tchèque avait aidé la Slovaquie à établir des contacts en Chine pour acquérir ce matériel. (TASR)

Jeudi, la présidente de la République Zuzana Čaputová a félicité le gouvernement sortant de M. Pellegrini, pour « son courage à adopter des mesures strictes dans les premiers jours de la crise », ce qui a permis selon elle « de ne pas faire partie des pays où le nombre de personnes infectées par le coronavirus augmente de manière incontrôlable ». (TASR)

Photo : TASR
20 mars (13h) – 15 000 cas à la mi-avril en Tchéquie ?

Sur la seule journée de jeudi 19 mars, plus de 200 cas ont été diagnostiqués, portant le total a 774 personnes infectées, pour un nombre de tests effectués de 11 619. Le chef du Conseil de crise, Roman Prymul, estime que le nombre de personnes infectées montera à 15 000 d’ici à la mi-avril et il évoque la possibilité d’un arrêt total du pays pour une durée de deux semaines.

20 mars (12h) – Une femme de 27 ans est décédée en Pologne

Selon les autorités polonaises, 378 cas confirmés de coronavirus sont recensés en Pologne. Une sixième personne est décédée, à l’hôpital de Łańcut (Voïvodie de Podkarpackie, une femme âgée de 27 ans. (Gazeta Wyborcza)

Sur cette carte, on peut voir la répartition des cas ventilés par voïvodie.

19 mars (21h) – À Budapest, l’heure n’est pas encore au confinement

Dans la capitale hongroise, la vie a considérablement ralenti cette semaine, mais elle ne s’est pas arrêtée. Des mesures ont été prises contre l’épidémie de coronavirus qui pointe, mais les Budapestois ne sont pas encore confinés chez eux. Diaporama.

19 mars (18h) – Le nombre de cas de personnes infectées détectés par pays

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus et détectées depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 18 mars : Autriche : 2013 ; Tchéquie : 631 ; Slovénie : 286 ; Pologne : 305 ; Roumanie : 277 ; Slovaquie : 123 ; Hongrie : 73 ; Ukraine : 16.

Le nombre de personnes décédées des suites d’une infection par le COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 18 mars : Pologne : 5 ; Autriche : 6 ; Slovénie : 1 ; Slovaquie : 1 ; Hongrie : 1 ; Ukraine : 2.

Source : Johns Hopkins University.
19 mars (18h) – Les pulls du ministre tchèque de l’Intérieur détendent l’atmosphère

Après « L’Amour aux temps du choléra », « L’Humour aux temps du corona » ! Le pull rouge du ministre tchèque de l’Intérieur, Jan Hamáček, porté lors de ses points presse, est devenu emblématique au point que c’est tout le Conseil de crise (contre l’épidémie) qui l’a adopté !

Cela n’empêche pas les autorités tchèques de prendre de nouvelles mesures contre l’épidémie de Covid-19 : En Tchéquie, on ne peut désormais sortir de chez soi qu’avec un masque et les commerces (épiceries, drogueries, pharmacies…) sont réservées aux personnes âgées (65 et +) entre 10h et 12h.

Tak tohle mě dostalo. Krizový štáb na vnitru si pro mě připravil překvapení. Všichni se sešli v červených svetrech. S takovým týmem to půjde! #spolutozvladneme

Publiée par Jan Hamáček sur Jeudi 19 mars 2020
18 mars (19h) – Les Polonais à l’heure de sévères restriction

En Pologne, le gouvernement a mis en place des mesures très strictes pour épargner à la population un pic épidémique trop important dans la lutte contre le coronavirus. L’un de nos correspondants à Varsovie raconte comment les Polonais réagissent à ce qui ressemble fort à une veillée d’armes.

18 mars (19h) – Le nombre de cas de personnes infectées détectés par pays

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus et détectées depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 18 mars : Autriche : 1646 ; Tchéquie : 464 ; Slovénie : 275 ; Pologne : 251 ; Roumanie : 260 ; Slovaquie : 105 ; Hongrie : 58 ; Ukraine : 14.

Le nombre de personnes décédées des suites d’une infection par le COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 18 mars : Pologne : 5 ; Autriche : 4 ; Slovénie : 1 ; Slovaquie : 1 ; Hongrie : 1 ; Ukraine : 2.

18 mars (6h30) – Slovaquie : les nouveaux députés prêteront serment masque sur le visage

La présidente de la Slovaquie Zuzana Čaputová nommera samedi 21 mars le nouveau gouvernement de droite dirigé par Igor Matovič. Vendredi, les cent cinquante nouveaux députés siègeront pour une première séance parlementaire dédiée à la lutte contre la pandémie de Coronavirus.

18 mars (6h) – Les terrains de jeux fermés à Budapest

Le maire de Budapest, Gergely Karácsony, a ordonné, mardi, la fermeture de tous les terrains de jeux et parcs pour enfants de la capitale. Une mesure qui vient s’ajouter à celles imposées par le gouvernement et entrées en vigueur lundi (fermeture des écoles et des commerces non-essentiels après 15h). (Index.hu). Une cinquantaine de personnes infectées par le coronavirus ont été détectées à ce jour en Hongrie et une personne est décédée.

Photo : Index.hu
18 mars (6h) – La Hongrie laisse passer les travailleurs de l’Est bloqués

Les milliers de personnes (turques, bulgares, roumaines, etc.) qui s’étaient agglutinées mardi à la frontière austro-hongroise, dans l’espoir de regagner leur pays après la mise à arrêt de l’économie en Europe de l’Ouest, ont pu traverser la Hongrie dans la nuit. (MTI)

17 mars (19h30) – Pénurie de masques en République tchèque

La République tchèque fait face à une grave pénurie de masques de santé. Le Premier ministre Andrej Babiš, vivement critiqué, a publiquement présenté ses excuses à la population ce mardi. « Nous nous excusons. Je ne sais pas qui a décidé qu’il n’y aurait que 10 000 respirateurs dans les réserves de l’état. Nous nous excusons auprès de tous, mais toute la planète veut des masques et les Chinois sont les seuls au monde capables d’en produire. Quand toute la planète veut des masques, alors c’est comme ça. Nous faisons le maximum, nous demandons aux gens d’être compréhensifs, c’est pire qu’une guerre« , a-t-il déclaré. (HVG.hu)

17 mars (17h) – Le nombre de cas de personnes infectées détectés par pays

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus et détectées depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 17 mars : Autriche : 1332 ; Tchéquie : 396 ; Slovénie : 273 ; Pologne : 221 ; Roumanie : 184 ; Slovaquie : 72 ; Hongrie : 50 ; Ukraine : 7.

Le nombre de personnes décédées des suites d’une infection par le COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 17 mars : Pologne : 5 ; Autriche : 3 ; Slovénie : 1 ; Hongrie : 1 ; Ukraine : 1.
17 mars (16h) – Des travailleurs d’Europe de l’Est piégés par la fermeture des frontières

Des kilomètres de bouchon se sont formés coté autrichien de la frontière austro-hongroise, fermée depuis la nuit dernière par mesure de confinement contre l’épidémie de coronavirus. Nombreux sont les travailleurs turcs, roumains et bulgares qui cherchent à regagner leur pays en cette période de crise sanitaire et économique.

16 mars (13h) – Le nombre de cas détectés par pays

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus et détectées depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 16 mars : Autriche : 860 ; Tchéquie : 293 ; Slovénie : 219 ; Roumanie : 139 ; Pologne : 125 ; Hongrie : 32 ; Slovaquie : 61 ; Ukraine : 3.

16 mars (12h30) – La Hongrie ferme ses frontières

S’exprimant lundi au Parlement hongrois, le Premier ministre Viktor Orbán a annoncé que la Hongrie fermerait ses frontières à tous les étrangers, seuls les citoyens hongrois seront autorisés à entrer dans le pays. Le Premier ministre a également annoncé un certain nombre d’autres mesures : Tous les événements en Hongrie sont interdits à partir de minuit lundi ; Tous les lieux de divertissement, cinémas et institutions culturelles seront fermés ; Les restaurants, cafés et magasins non-essentiels devront fermer à 15h00 ; Seules les épiceries, les pharmacies et les pharmacies peuvent rester ouvertes plus longtemps, ; Le gouvernement a demandé à toutes les personnes de plus de 70 ans de rester à la maison et obligera les municipalités à leur venir en aide à domicile. (Index.hu)

16 mars (11h) – La politique continue dans une Tchéquie claquemurée contre la pandémie

Jour après jour, les mesures se durcissent dans la lutte contre le coronavirus en Tchéquie, où près de 300 cas de personnes infectées ont été détectés. Annonce de l’état d’urgence, fermeture des frontières et des magasins ; le premier ministre Andrej Babiš n’hésite pas à utiliser les grands moyens, mais sa gestion de la crise n’en est pas moins fortement critiquée.

15 mars (9h) – Le nombre de cas détectés par pays

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus et détectées depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 15 mars : Autriche : 655 ; Tchéquie : 189 ; Slovénie : 181 ; Roumanie : 123 ; Pologne : 103 ; Hongrie : 30 ; Slovaquie : 44 ; Ukraine : 3.

15 mars – Des mesures drastiques en Pologne

Vendredi, le gouvernement polonais a introduit de nouvelles mesures drastiques pour lutter contre l’épidémie de coronavirus :
– Interdiction aux étrangers d’entrer en Pologne (sauf ceux qui résident ou travaillent en Pologne) et mise en quarantaine obligatoire de 14 jours pour les Polonais rentrant de l’étranger ;
– Suspension de toutes les liaisons aériennes et ferroviaires internationales à compter de dimanche ;
– Fermeture de tous les clubs, pubs, restaurants et casinos ;
– Ouverture restreinte des centres commerciaux ;
– Une interdiction de tous les rassemblements publics de plus de 50 personnes.

15 mars (9h) – Le point sur la situation en Pologne

103 personnes infectées ont été détectées à ce jour en Pologne, 3 sont décédées, 13 se sont rétablies, 87 sont malades, dont trois se trouvent dans un état grave. 4413 ont été effectués ; Il y a 4 413 personnes placées en quarantaine et 20340 placées sous surveillance épidémiologique. (OKO.Press)

14 mars – Pour lutter contre le coronavirus le clergé polonais appelle à célébrer plus de messes

En Pologne, pour faire face au Coronavirus, tous les rassemblements et événements culturels sont annulés jusqu’à nouvel ordre. Si le pays se cloître pour lutter contre la propagation du virus, l’Église de Pologne a pris des mesures et des positions particulières en ces temps d’épidémie.

14 mars – Les touristes étrangers ne sont plus bienvenus en République tchèque

Comme annoncé vendredi par le chef du gouvernement Andrej Babiš, les frontières de la République tchèque seront fermées ce soir à minuit. Seuls les citoyens tchèques et les étrangers résidents depuis plus de 90 jours dans le pays auront le droit d’entrer en Tchéquie, mais pas les touristes. Les touristes étrangers en visite pourront toutefois quitter le pays, à la différence des citoyens tchèques et des résidents étrangers. (Respekt)

14 mars – La Hongrie décide de la fermeture des écoles, pas des frontières

Sous la pression des syndicats enseignants et des partis politiques de l’opposition, Viktor Orbán a finalement annoncé, vendredi soir à 21h30, la fermeture des établissements scolaires à compter de ce lundi.

Les ressortissants étrangers arrivant d’Italie, de Chine, d’Iran, de Corée du Sud et d’Israël seront refoulés aux frontières hongroises. Quant aux citoyens hongrois de retour en Hongrie en provenance de ces pays, ils seront placés en quarantaine chez eux pendant deux semaines. Mais à la différence de la République tchèque, la Hongrie n’a pas pris la décision de fermer ses frontières.

Magyarország miniszterelnökének bejelentése

Magyarország miniszterelnökének bejelentése

Publiée par Magyarország Kormánya sur Vendredi 13 mars 2020
13 mars – La République tchèque va fermer ses frontières

La République tchèque, le pays le plus impacté en Europe centrale (voir données plus bas dans l’article), va fermer ses frontières dans la nuit de dimanche à lundi, a annoncé le chef du gouvernement Andrej Babiš ce vendredi. Seuls les citoyens tchèques et les étrangers résidents depuis plus de 90 jours dans le pays auront le droit d’entrer en Tchéquie, mais pas les touristes. Les touristes étrangers pourront quitter le pays, à la différence des citoyens tchèques et les résidents étrangers. Cette mesure drastique va lourdement impacter le secteur du tourisme

13 mars – Le gouvernement hongrois renâcle à fermer les écoles

Sous le feu des critiques de l’ensemble des partis de l’opposition et du principal syndicat enseignant réclamant la fermeture des écoles, comme l’ont fait les autres pays de la région, le gouvernement de Viktor Orbán s’est donné 24 heures pour décider de la fermeture de tous les établissements scolaires en Hongrie, où seules les universités avaient jusque-là dû fermer leurs portes en milieu de semaine.

13 mars – Le nombre de cas détectés par pays

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus et détectées depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 13 mars : Autriche : 302 ; Tchéquie : 117 ; Slovénie : 89 ; Roumanie : 70 ; Pologne : 58 ; Hongrie : 19 ; Slovaquie : 21 ; Ukraine : 1

Johns Hopkins University.
13 mars – 61 cas confirmés de coronavirus en Pologne, un mort

Une femme âgée de 57 ans, enseignante et directrice d’un centre pédagogique à Poznań, est décédée après avoir contracté le COVID-19, probablement via un ami qui avait séjourné en Italie. Elle est la première victime de l’épidémie en Pologne. (Gazeta Wyborcza)

13 mars – 19 cas détectés en Hongrie

A la connaissance des autorités, 19 personnes sont ou ont été infectées par le coronavirus en Hongrie à ce jour : dix Iraniens, huit Hongrois et un Britannique. Jeudi, un Hongrois qui a été diagnostiqué avec le virus Covid-19 alors qui ne s’était pas rendu à l’étranger récemment ni n’avait été en contact étroit avec quiconque ayant contracté la maladie. Cela pourrait indiquer une nouvelle phase de l’épidémie de coronavirus, écrit 444.hu. L’un des deux Hongrois nouvellement diagnostiqués est un Hongrois récemment rentré d’Israël.

12 mars – L’état d’urgence a été déclaré en République tchèque

Le chef du gouvernement a décrété un état d’urgence pour une durée de trente jours. L’organisation d’événements sportifs, culturels ou religieux de plus de 30 personnes est interdite.

12 mars – Le nombre de cas détectés par pays

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus et détectées depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon les données de l’Université Johns Hopkins, à la date du 12 mars : Autriche : 246 ; Tchéquie : 94 ; Slovénie : 57 ; Roumanie : 47 ; Pologne : 31 ; Hongrie : 13 ; Slovaquie : 10 ; Ukraine : 1

12 mars – La campagne électorale en Pologne impactée

La campagne électorale qui va déboucher sur les élections présidentielles en Pologne les 10 et 24 mai est lourdement impactée par la menace épidémique qui plane au-dessus de la Pologne comme du reste de la région, jusque-là relativement épargnée. Et le pic épidémique étant attendu dans plusieurs semaines, cela signifie que c’est l’ensemble de la campagne qui va se faire à l’ombre du coronavirus, analyse le quotidien « Rzeczpospolita ».

12 mars – La Slovaquie décrète l’état d’urgence

Vivement critiqué pour sa réponse tardive, le gouvernement a décrété un état d’urgence en Slovaquie et pris de nouvelles mesures de précaution pour éviter la propagation du virus qui n’a été détecté à ce jour que chez 10 sujets. En vertu de cet état d’urgence, l’État peut obliger hôtels et entreprises à héberger des personnes dans le besoin, imposer une évacuation obligatoire, accueillir les personnes en détresse dans des appartements et des maisons privées, mais également restreindre la liberté d’expression et la diffusion d’informations. Le gouvernement n’a pas l’intention d’utiliser tout cet arsenal de mesures, a toutefois rassuré le premier ministre Peter Pellegrini. (SME)

11 mars – Les autorités hongroises décrètent un état d’urgence contre le coronavirus

Les autorités hongroises ont annoncé mercredi après-midi de nouvelles mesures pour prévenir une épidémie de coronavirus en Hongrie : les entrées sur le territoire hongrois en provenance d’Italie, de Chine, d’Iran et de Corée du sud sont interdites, à l’exception des citoyens hongrois rapatriés ; Les universités resteront fermées jusqu’à nouvel ordre ; Les rassemblements de plus de 100 personnes en intérieur et 500 personnes en extérieur sont interdits.

11 mars – Le Fidesz en position de vulnérabilité face à l’épidémie qui pointe

Le système de soins en Hongrie s’apprête à vivre un stress test grandeur nature avec l’épidémie attendue de coronavirus. Viktor Orbán et son gouvernement, accusés de longue date par l’opposition d’avoir laissé le système de santé en déshérence, pourraient faire les frais d’une crise sanitaire.

11 mars – 3 nouveaux cas détectés en Pologne, portant le total à 25

Il y a à ce jour 25 cas confirmés de coronavirus en Pologne, à Lublin, Łańcut, Racibórz, Cracovie, Zielona Góra, Szczecin, Ostróda, Wrocław, Varsovie, Poznań, Cieszyn et Bełżyce. Le gouvernement polonais a décidé d’interdire les rassemblements de masse et mis en place des contrôles sanitaires aux frontières. (Gazeta Wyborcza)

11 mars – Un treizième cas diagnostiqué en Hongrie

Le nombre de personnes diagnostiquées avec un coronavirus en Hongrie est passé à 13, avec une nouvelle infection détectée chez une hongroise qui a été en contact avec un Britannique infecté, à Debrecen. Viktor Orbán prédit une « pandémie » et des « conséquences brutales » pour l’économie. (MTI)

10 mars – La Tchéquie prend des mesures drastiques

En Tchéquie, où un 41e cas de coronavirus a été confirmé ce mardi, les autorités ont annoncé une nouvelles batterie de mesures contre la propagation du virus : tout événement culturel, sportif ou autre rassemblant plus de 100 personnes est interdit à compter d’aujourd’hui 18h et jusqu’à nouvel ordre ; Fermeture des écoles à partir de mercredi 11 mars, incluant les universités, au moins jusqu’à la fin du mois de mars, a annoncé le ministre de la Santé Adam Vojtěch (ANO).

10 mars – « Le scénario italien est possible en Slovaquie »

Il n’existe que 7 cas d’infection au coronavirus confirmés en Slovaquie à ce jour. Les rassemblements sportifs ont été interdit pour les deux semaines à venir. Dans les colonnes du journal Dennik N, Vladimír Krčméry, un expert de haut niveau en médecine tropicale, estime que « le scénario italien est également possible en Slovaquie » et souligne que les Slovaques sont « indisciplinés » et qu’ils n’ont « aucun respect pour les autorités, qu’elles soient médicales ou étatiques ».

9 mars – 17 cas confirmés de coronavirus en Pologne

Les médias polonais signalent trois nouveaux cas à Racibórz et un à Cracovie, portant le total de personnes infectées et détectées à 17. Tous les événements rassemblant plus de mille personnes en intérieur ont été annulés. Le Premier ministre Mateusz Morawiecki a annoncé que la Pologne va mettre en place des contrôles sanitaires à tous les postes frontaliers avec l’Allemagne et la République tchèque. (Gazeta Wyborcza)

9 mars – six cas d’infection en Slovaquie

Un enseignant de maternelle, un chauffeur des transports publics et un employé de l’entreprise US Steel à ont également été infectés à Bratislava, un employé de US Steel à Košice ont été diagnostiqués positifs au coronavirus, portant à six le nombre de personnes infectées détectées par les autorités. Dans de nombreuses régions, les écoles sont fermées, les villes annulent petit à petit les évènements sportifs et culturels, et les visites sont interdites dans les hôpitaux. (Dennik N)

9 mars – les cérémonies de la fête nationale hongroise annulées

Selon la dernière mise à jour du site gouvernemental dédié à la lutte contre le coronavirus, 9 personnes infectées ont été détectées en Hongrie, 67 sont placées en quarantaine, et 362 échantillons sont en cours d’analyse.

Le gouvernement hongrois a décidé d’annuler les commémorations prévues pour la fête nationale du 15 mars. Les différents partis de l’opposition qui manifestent généralement ce jour ont annulé leurs rassemblements à leur tour. (MTVA)

8 mars – Les écoles fermées à Bratislava

Les écoles secondaires de la région de Bratislava seront fermées pendant une semaine à compter de lundi 9 mars. Plusieurs écoles primaires de la région ont également été fermées. Les deux plus grandes universités de Slovaquie – l’Université Comenius et l’Université slovaque de technologie (STU) de Bratislava – doivent interrompre l’enseignement pendant deux semaines à compter de lundi.

Deux nouveaux cas du nouveau coronavirus ont été confirmés en Slovaquie dimanche, l’un à Bratislava, l’autre dans la ville de Senec (région de Bratislava). Cela porte à cinq le nombre total de cas confirmés de coronavirus en Slovaquie. (TASR)

7 mars – Un cinquième cas de coronavirus en Hongrie

Un cinquième cas de coronavirus a été a été diagnostiqué en Hongrie. Il s’agit d’un hongrois âgé de 70 ans gravement malade, actuellement en soins à l’hôpital Szent László. L’homme a peut-être été infecté par son fils vivant à l’étranger, qui s’était rendu en Italie et à Paris avant sa visite en Hongrie à la mi-février.

6 mars – La Slovaquie suspend les liaisons aériennes avec l’Italie

Tous les vols en provenance et à destination de l’Italie seront suspendus dans tous les aéroports internationaux slovaques à partir de lundi 9 mars. En outre, il ne sera pas possible de rendre visite à des personnes dans aucun hôpital, a annoncé le Premier ministre Peter Pellegrini (Smer-SD) vendredi après une réunion de la cellule de crise du ministère de l’Intérieur. (TASR)

6 mars – 24 personnes encore en quarantaine en Hongrie

A l’issue de la cellule de crise mise sur pied pour la lutte contre l’épidémie, le Premier ministre Orbán a appelé à « la coopération de tous les Hongrois dans les situations inconfortables à venir » et assuré que « la cellule de crise se focalisera sur la protection des vies humaines. […] Il n’y aura pas d’obstacle financier à la lutte contre le virus ». 24 personnes sont en quarantaine et 230 échantillons sont en cours d’analyse à l’heure actuelle en Hongrie, a-t-il précisé. (MTVA)

6 mars – Premier cas de Coronavirus en Slovaquie

Le premier cas d’infection au COVID-19 a été confirmé en Slovaquie ce vendredi par le Premier ministre Peter Pellegrini. La personne infectée est un homme âgé de 52 ans qui n’a pas quitté le territoire slovaque récemment, mais dont le fils – qui ne présente aucun symptômes – s’est rendu à Venise. (The Slovak Spectator)

5 mars – 4 cas de coronavirus confirmés en Hongrie

Il s’agit de deux étudiants iraniens, de la compagne d’un des deux, et d’un ressortissant britannique. 39 personnes ont été placées en quarantaine. (MTVA)

5 mars – 12 cas confirmés en République tchèque

Toutes les personnes infectées ont contracté le virus à l’étranger et souffrent d’une forme modérée de la maladie. Parmi elles se trouve un médecin généraliste exerçant à Prague, de retour de vacances en Italie. (Radio Prague)

5 mars – Premier cas en Pologne

Le premier cas de coronavirus a été rapporté en Pologne, à Zielona Góra, dans la province de Lubuskie, a annoncé le ministre de la Santé ministre Łukasz Szumowski. Le patient est un homme qui était à un carnaval en Allemagne. (Gazeta Wyborcza)

2 mars – Une loi spéciale adoptée en Pologne

Se préparant à une probable flambée de coronavirus en Pologne, la Diète a adopté, à la quasi-unanimité, une loi spéciale explicitant les pouvoirs et responsabilités d’urgence des fonctionnaires et des entreprises. En ce qui concerne les entreprises, la loi oblige les employeurs d’offrir la possibilité à leurs employés de travailler à domicile lors d’une épidémie ; Elle encadre également les fermetures des crèches et des écoles ; Enfin, Les parents qui restent à la maison avec leurs enfants pourront bénéficier d’une allocation de garde durant 14 jours et les enseignants toucheront leur plein salaire. La loi donne aussi le droit au gouvernement d’identifier des zones à risque et de déterminer des zones d’exclusion, et étend ses droits en matière d’aménagement du territoire. L’ombudsman (la défenseure des droits) Ewa Łętowska s’est inquiétée de la portée de cette loi, craignant que le gouvernement n’abuse de sn pouvoir sous prétexte de santé publique. « La constitution spécifie [déjà] dans quelle mesure les droits de l’individu peuvent être limités pendant un état de urgence », a-t-elle déclaré à Gazeta Wyborcza. (Gazeta Wyborcza)

1er mars – Premiers cas en République tchèque

Les trois premiers cas de virus ont été confirmés en République tchèque. (Radio Prague)