Vague d’indignations après l’arrêt des poursuites judiciaires contre Andrej Babiš

La décision du procureur en charge du dossier de détournements de fonds mettant en cause le premier ministre Andrej Babiš de laisser tomber toutes les accusations a suscité incompréhension et colère en Tchéquie. Tour d'horizon des réactions de la classe politique . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Adrien Beauduin

Correspondant basé à Prague

A étudié les sciences politiques et les affaires européennes à la School of Slavonic and East European Studies (Londres), à l'Université Charles (Prague) et au Collège d'Europe (Varsovie). Spécialiste de l'Europe Centrale et de l'ex-Union Soviétique.