A West Balkán, pas de patin pour Pattinson !

Tout le monde le sait, tous les tabloids en parlent depuis deux semaines, Robert Pattinson est actuellement à Budapest pour le tournage de  Bel Ami, en compagnie d’Uma Thurman, Cristina Ricci et Kristin Scott Thomas. S’il ne semble pas aisé pour les fans d’avoir une «photo volée» de l’acteur de Twilight, tant l’accès au tournage est difficile, des possibilités d’approcher, ou plutôt de se faire approcher par le « beau Robert » existent tout de même. Les plus jolies des habituées des soirées nocturnes à Budapest le savent bien, il n’était pas rare, ces derniers soirs, de voir le «beau gosse» britannique dans les coins assez branchés de la capitale hongroise, tels que, entre autres, Corvin Této ou West Balkan. Le beau Robert s’y serait même « pris » quelques râteaux…

Robert Pattinson au naturel

Il n’y a pas que les tournages qui coûtent moins cher en Hongrie. Les clubs et les sorties aussi.  Robert Pattinson s’en est peut-être rendu compte, bien qu’il ne doive pas avoir de grands problèmes financiers en ce moment. Le jeune acteur (23 ans), aussi célèbre soit-il, est finalement comme tous  les garçons et filles de son âge : il aime se détendre après une dure journée de travail dans les lieux à la fois branchés, populaires et « cheap » dont regorge la capitale hongroise. Ses sorties à Corvin Teto et West Balkan (respectivement mardi 30 mars et mercredi 31 mars pour Rewind) ont d’ailleurs été très remarquées.

Pattinson dans le « pathos »

Elégant et distingué, Robert est aussi un jeune homme accessible qui ne renie pas à parler aux premières venues. Tel Bel Ami, on l’a même vu user de son charme ravageur pour accoster les plus belles jeunes filles, pensant les éblouir et les intimider par sa présence. Mais c’était sans compter sur la fierté et la pudeur d’au moins une d’entre-elles, à qui il a donné son numéro de téléphone le 31 mars au soir, certainement pour qu’elle le rejoigne dans sa chambre du New-York Palace sur Erzsébet körut. La scène n’a d’ailleurs pas manqué de « pathos », puisqu’il aurait prétexté que tout ne va pas pour le mieux avec sa petite-amie actuelle. Mais cela n’a pas suffit : le refus de la prude hongroise n’a pu être suivi que d’un au-revoir poignant de la part de Robert. Sachant que, depuis hier, la « petite-amie » en question (Kirsten Stewart, sa partenaire dans Twilight) est à Budapest pour fêter ses 20 ans, espérons que cette petite révélation n’entraîne pas une rupture malheureuse dans le 7ème arrondissement.

Muscle ton jeu Robert!

A entendre le grand « ouf » de soulagement des « clubbers » mâles, restés dans son ombre auprès de la gente féminine, le héros de Twilight, sérieux, n’est pas resté tard en club, déjà parti à 1 heure du matin passé. Travail oblige. La vie d’un acteur tel que lui n’est pas de tout repos. En plus du tournage de Bel Ami, Pattinson doit se préparer physiquement pour Twilight 4. Le nouveau réalisateur de la saga des vampires, Bill Condon, l’a annoncé ces derniers jours : à l’instar du très « protéiné » Taylor Lautner, Robert va devoir « muscler son jeu ». Twilight 4 et Bel Ami sortiront sur les écrans en 2011.

Les rakpart du Danube préférés aux quais de Seine.

Dans Bel Ami, l’adaptation du roman de Maupassant, Robert Pattinson incarne  le personnage principal, Georges Duroy, un jeune et beau séducteur, arriviste et opportuniste à souhait, qui réussit son ascension sociale dans la presse, le business et la politique, en manipulant les riches et en collectionnant les maitresses. L’action se déroule à Paris au XIXème siècle, en pleine révolution industrielle. Mais, au plus grand désarroi des adolescentes parisiennes, le réalisateur Declan Donnellan a préféré tourner à Budapest, celle que l’on a souvent comparée à Paris.  Il est vrai que la capitale hongroise et ses quartiers inimitables offrent un décor parfait rappelant le Paris «post-Hausmann» du XIXème siècle. L’aspect financier, non-négligeable, a également dû jouer en faveur de la capitale hongroise dans l’esprit de Donnelan. Un tournage à Budapest se révélant tout aussi pro et nettement moins coûteux.

Nicolas Gidaszewski