La société civile se bouge face au « populisme tchèque à deux têtes »

Quelque peu groggy après les élections coup sur coup d’Andrej Babiš à la tête du gouvernement et de Miloš Zeman à la présidence, la société civile libérale tchèque s’est ressaisie et tente aujourd’hui de résister aux saillies du pouvoir contre les médias et la fonction publique. La réélection de Miloš Zeman fin janvier à la présidence de la République au terme d’une campagne marquée par le populisme xénophobe et la désinformation a laissé des traces . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

André Kapsas