L’étoile ternie des États-Unis en Europe centrale et orientale

En 2007, le secrétaire d'État américain Donald Rumsfeld vantait la «nouvelle Europe» de l'Est contre les vieilles nations de l'Ouest. Près de dix ans après, l'influence américaine en Europe centrale et orientale semble avoir pâli, dans un contexte de défiance vis-à-vis de l'Europe occidentale et de retour fracassant de la puissance russe. Entretien avec Ronald Hatto, enseignant à SciencesPo Paris et chercheur au CERI.
[zotpress items="XJ6M8DMD" style="le-tapuscrit-author-date"]
Comment expliquez-vous le rapide succès de la stratégie d'expansion de la sphère d'influence américaine en Europe centrale dès les premières années de la transition post-communiste ?
Les pays d’Europe centrale et orientale étaient à peu près tous épuisés par l’interminable période de domination soviétique et communiste qui les avait rendus plus pauvres qu’avant la Deuxième Guerre mondiale (en tout cas pour certains d’entre eux). La fin de la Guerre froide (et avec elle, de la domination soviétique) a marqué le début de la «récr . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Journaliste, correspondant à Budapest. Ancien directeur de publication et membre de la rédaction du Courrier d'Europe centrale (2016-2020) et ancien directeur de la collection "L'Europe excentrée" (2018-2020).