En Tchéquie, Andrej Babiš n’en a pas fini avec l’affaire du « nid de cigogne »

Il se croyait tiré d’affaire, mais voilà que le « nid de cigogne » se rappelle au bon souvenir du premier ministre Andrej Babiš. Ce mercredi, le procureur général de la république tchèque a rejeté les conclusions de ses subordonnés, qui recommandaient l'arrêt des poursuites.

Après avoir été arrêtées le 2 septembre par le procureur en charge du dossier, Jaroslav Šaroch, une décision confirmée par la hiérarchie pragoise une dizaine de jours plus tard, voici que les poursuites reprennent, sur ordre de Pavel Zeman . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

André Kapsas