En Hongrie, la télévision d’État prise pour cible par les opposants à Viktor Orbán

Depuis dimanche soir, le siège du groupe d'audiovisuel public MTVA est devenu le lieu de rassemblement haut en symbole choisi par la mobilisation anti-gouvernementale. Lundi toute la journée, plusieurs incidents ont émaillé les tentatives de plusieurs députés d'opposition d'accéder à l'antenne afin d'y lire les revendications des manifestants.

Budapest - "Je n'en crois pas mes yeux ; ils nous ont pris et nous ont jetés, violemment. Nous sommes des parlementaires ; nous voulions simplement lire une pétition à l'antenne. Une pétition en cinq points, qui reprend ce que veulent les manifestants". La scène tourne en boucle depuis ce matin sur les réseaux sociaux hongrois. On y voit la députée écologiste Bernadett Szél violemment débarquée des locaux de la télévision d'État MTVA, sous les yeux incrédules du petit comité qui l'attendait dehors. Son collègue Ákos Hadházy, aux côtés duquel elle a mené la campagne du LMP aux dernières législatives, est quant à lui pris violemment à partie par les vigiles, sans que la police ne lève le petit doigt pour intervenir afin de . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois
puis à partir de 
2€50/mois
sans engagement de durée

Ludovic Lepeltier-Kutasi