Contre l’extrême-droite en Slovaquie, « les manifestations antifascistes sont un pari risqué »

Le parti néofasciste Notre Slovaquie de Marian Kotleba pourrait décrocher la seconde ou la troisième place lors des élections législatives slovaques le 29 février. Nous avons interrogé le politologue Tomáš Nociar.

Depuis la mi-janvier, la campagne électorale slovaque en vue des législatives du 29 février a pris une tournure plus idéologique, alors que le parti d'extrême-droite Parti populaire Notre Slovaquie (Ľudová strana Naše Slovensko – ĽSNS) semble en mesure de devenir la seconde force politique du pays à l’issue des élections. Les partis d'opposition démocratiques et la société civile lui font face jusque dans les rues lors de rassemblements antifascistes. Tomáš Nociar, politologue expert de l'extrême-droite de l'Université Comenius de Bratislava, a répondu à nos questions.

Le
Courrier d’Europe centrale : Selon vous, qu'est-ce qui explique la
popularité grandissante de Notre Slovaquie (ĽSNS) ?

Tomáš Nociar : Plus
que le parti en lui-même . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

André Kapsas