Sans projet pour l’Europe, le PiS cherche à exacerber les divisions de l’opposition

Réuni en convention régionale samedi dernier près de Rzeszów, le PiS s'est montré décidé à faire de la défense de la famille traditionnelle et de la promotion de son bilan social le principal mantra des élections européennes de mai prochain. Une manière de nationaliser le scrutin à sept mois d'élections législatives à haut risque pour la majorité sortante.
Lors d'une convention régionale samedi dernier à Jasionka, près de Rzeszów, Jarosław Kaczyński a livré un discours au ton défensif agitant le spectre d'un retour au pouvoir des libéraux alliés à la gauche à moins de sept mois des prochaines élections législatives. Enjambant les enjeux du scrutin européen de mai, le président de Droit et justice (PiS) s'en est pris "à nos adversaires qui attaquent notre politique sociale, qui attaquent nos familles, mais aussi nos enfants . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Ludovic Lepeltier-Kutasi