Tchéquie : Zeman sort gagnant de la telenovela de l‘été

Alors que la sécheresse et la chaleur dominaient les manchettes, les Tchèques ont aussi pu suivre le feuilleton politique autour de la nomination du nouveau ministre de la culture. Un feuilleton qui s’est terminé mardi et qui en dit long sur les rapports de force entre le président, le premier ministre et ses partenaires sociaux-démocrates...

Ce mardi 27 août, en nommant officiellement le vétéran social-démocrate Lubomír Zaorálek au poste de ministre de la culture, le président Miloš Zeman a montré que c‘était bien lui, le chef. En refusant la démission du ministre précédent et en rejetant par la suite la nomination du candidat proposé par le gouvernement, Zeman a imposé son choix au premier ministre Andrej Babi . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Adrien Beauduin

Correspondant basé à Prague

Journaliste indépendant et doctorant en politique tchèque et polonaise à l'Université d'Europe centrale (Budapest/Vienne) et au Centre fançais de recherche en sciences sociales (Prague). Par le passé, il a étudié les sciences politiques et les affaires européennes à la School of Slavonic and East European Studies (Londres), à l'Université Charles (Prague) et au Collège d'Europe (Varsovie).