IVG : De plus en plus de Hongroises choisissent d’aller à Vienne

La Hongrie, où le fait religieux a peu d’emprise sur la société et où l’avortement est légal depuis 1992, pourrait presque faire figure de pays où l’accès à l’IVG ne pose pas de problème. Sauf qu’il implique deux rendez-vous obligatoires avec une puéricultrice et l’avortement médicamenteux n’est pas autorisé. De quoi pousser annuellement des centaines de Hongroises à avorter à Vienne . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Hélène Bienvenu