Des juges polonais témoignent : « Le plus difficile, c’est de faire face à la diffamation »

Depuis l'été 2017, les intimidations à l'encontre les juges se multiplient en Pologne. La « loi muselière » qui permet au pouvoir de révoquer des juges critiques envers les réformes de la justice, promulguée mardi par Andrzej Duda, en est l'aboutissement. Rencontre avec des magistrats qui luttent pour l'indépendance de la justice, plus que jamais sur la sellette.

C’est dans le sud de la Pologne que siège le président de l’association des juges polonais. Krystian Markiewicz dirige « Iustitia ». Dans son bureau de la faculté de Katowice où il donne des cours, il explique que chaque juge qui défend la Justice peut faire l’objet d’intimidations. « On recherche dans leur passé pour avoir des preuves . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Fany Boucaud