Dans les centres d’appels de Budapest, on ne parle qu’une seule langue, celle du client

Beaucoup de grandes firmes ont délocalisé leurs service-client à Budapest, où elles trouvent des jeunes du monde entier prêts à faire de l’assistance téléphonique quarante heures par semaine pour moins de mille euros par mois. Dans ce cinquième épisode de notre série estivale « Budapest, une ville du monde », nous vous emmenons à l'intérieur de ces tours de Babel modernes, où on ne parle finalement qu'une seule langue, celle du client.

« Il y a beaucoup d’étrangers qui viennent travailler ici : des Serbes, des Croates, des Allemands, des Français… », explique Mohammed, chargé des formations dans l’une de ces entreprises, basée à Budapest . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Aurélie Loek