A quoi joue le gouvernement ?

Après les déclarations fracassantes de jeudi comparant la Hongrie à la Grèce, qui ont entraîné la chute de la bourse et de la devise nationale hongroise, la FIDESz tente de rassurer les marchés financiers et affirme désormais être en mesure de contrôler le déficit budgétaire… tout en maintenant ses promesses fiscales . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Corentin Léotard