Une plate-forme pour rassembler l’opposition polonaise face au PiS ?

L’économiste libéral Ryszard Petru a lancé une plate-forme pour tenter de rassembler les opposants au parti au pouvoir, Droit et Justice (PiS), dans la perspective des élections législatives en 2019.

Photo : page facebook de Ryszard Petru.

C’est la semaine dernière que l’ancien leader du parti .Nowoczesna (« Moderne »), Ryszard Petru, a annoncé la création d’une nouvelle association : le « Plan Petru », en réponse au fameux « Plan Morawiecki » du nouveau Premier ministre. Son objectif : représenter une plate-forme de débats entre les différents acteurs de l’opposition afin de formuler un programme commun à opposer au PiS lors des élections parlementaires en 2019.

Ryszard Petru affirme sans ambiguïté que son but est bel et bien de former un nouveau projet politique alternatif à la politique du Droit et Justice, réunissant des hommes et des femmes politiques de plusieurs partis de l’opposition, ainsi que des personnes qui veulent rester sans étiquette. Cela « en vue de travailler et d’engager non seulement des partis politiques, mais aussi différents milieux sociaux, professionnels, locaux. Cette appellation est censée représenter une contre-proposition au programme de Morawiecki, un défi que je relève », a déclaré Ryszard Petru.

Reconstruire l’État

L’ancien chef du parti libéral .Nowoczesna précise cependant qu’il n’a pas l’intention de créer un nouveau parti ou un mouvement politique. Il entend d’ailleurs rester membre du groupement parlementaire qu’il avait formé avant les élections de 2015. Ce que veut Ryszard Petru, c’est élaborer une feuille de route technique, une « proposition réelle de l’opposition », applicable après la reprise du pouvoir. Son plan se focalise sur les questions économiques : investissements modernes, croissance réelle des salaires, fin de la main-d’œuvre mal payée, adhésion à la zone euro, politique énergétique basée sur des ressources renouvelables, etc.

L’initiative de Ryszard Petru a suscité de nombreuses réactions favorables parmi les opposants au pouvoir. Son allié principal naturel serait la Plate-forme civique (PO). Le dirigeant de son groupe parlementaire, Sławomir Neumann, a dit « regarder le projet de Petru avec beaucoup d’intérêt ». Il espère que le plan aidera les deux principaux opposants à s’entendre pour élaborer « un programme commun minimum pour les élections parlementaires de 2019« . M. Petru a également rencontré les têtes de file de plus petites formations : le Parti populaire polonais (de Władysław Kosiniak-Kamysz), l’Alliance de la gauche démocratique (de Włodziemierz Czarzasty) et l’Initiative Pologne (de Barbara Nowacka).

Ryszard Petru dispose d’un autre allié potentiel, mais encore incertain, à savoir son propre parti – .Nowoczesna – à la tête duquel il a été remplacé au mois de novembre dernier par Katarzyna Lubnauer. Cette dernière s’est montrée ouverte tout en prévenant « regarder avec beaucoup d’attention si le projet […] reste conforme aux principes du parti ». Ryszard Petru a assuré « n’avoir aucun problème avec Mme Lubnauer » et s’est dit également ouvert à modifier le nom de son initiative ? Katarzyna Lubnauer et d’autres membres du parti ne le voyant pas d’un très bon œil…

Przemysław Kossakowski