L’autre épidémie : 1918, l’Europe centrale à l’épreuve de la grippe espagnole

À la sortie de la Grande Guerre, une autre épidémie a fait entre 50 et 100 millions de victimes dans le monde, et n'a pas épargné l'Europe centrale : la grippe espagnole. Par Gwendal Piégais.

À l’été 1918, alors que les mouvements de troupes des belligérants de la Première Guerre mondiale battent leur plein, plusieurs camps militaires américains puis alliés sont frappés par une virulente vague de fièvre qui atteint les soldats. Vraisemblablement partie de camps américains du Kansas, ou amenée – selon certaines hypothèses – par les corps de travailleurs chinois envoyés chez les Alliés, la grippe dite « espagnole » atteint l’Europe occidentale au moment où les puissances centrales ploient sous les coups de boutoir des offensives françaises, britanniques et américaines.

Dans l’Empire allemand comme en Autriche-Hongrie, malgré les récents gains sur la Russie défaite, les populations souffrent de plus en plus de la faim et les conditions sanitaires se dégradent. Cette situation facilite la propagation de la grippe espagnole. À travers les cas de la Hongrie, la Tchécoslovaquie naissante et la Pologne, quel fut l . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Gwendal Piégais