Vers une limitation de la mobilité des travailleurs dans l’Union européenne ?

Longtemps favorables à la libre circulation des travailleurs au sein de l'Union européenne, les pays d'Europe centrale et orientale s'interrogent désormais sur le bilan coûts-bénéfices du départ de millions de leurs ressortissants vers les pays de l'ouest. Au-delà des inégalités salariales, ces derniers s'inscrivent souvent dans une aspiration individuelle à une vie meilleure. Analyse.
Varsovie, correspondance - Constitutive de "l'acquis communautaire" depuis le traité de Rome de 1957, la libre circulation des travailleurs au sein de l'Union européenne a souvent opposé les États membres les plus prospères et désireux de protéger leur marché de l'emploi face à des pays plus pauvres, lesquels voyaient dans cette mobilité un moyen de faire baisser la pression sociale interne découlant du chômage et de revenus insuffisants . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Romain Su