La nuit où Robika, cinq ans, et son père ont été assassinés

Il y a dix ans, dans la nuit du 22 au 23 février 2009, trois néonazis abattaient de sang-froid un petit garçon de cinq ans et son père, après avoir incendié leur maison. Deux victimes supplémentaires dans leur série de crimes racistes qui a coûté la vie à six personnes roms et blessé des dizaines d’autres, en Hongrie en 2008-09.

Ce qu’ils aiment, c’est frapper des familles des quartiers tsiganes en marge des bourgades du nord-est du pays, dans le Hajdú, le Bihar, le Borsod. Mais cette fois, leur attention s'est portée plus loin de chez eux, sur Tatárszentgyörgy . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Corentin Léotard