« Il s’est vraiment passé beaucoup de choses sales ici ». Ce qu’il en coûte de dénoncer son agresseur sexuel en Hongrie

Pálma Németh-Kiss, officier d'état civil à la municipalité de Tyukod, a payé cher le fait d'avoir dénoncé les agissements du maire de la ville. Une histoire qui rappelle que #MeToo n'est pas arrivé en Hongrie et sur laquelle revient le média indépendant Télex . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée