Voyage au cœur de la nouvelle extrême-droite tchèque

Deux journalistes du site d'information Deník Referendum ont publié une série de reportages après avoir infiltré des groupes d'extrême-droite tchèques l'été dernier. Leurs articles racontent les déboires du principal parti nationaliste tchèque - le SPD de Tomio Okamura -, l'émergence d'un nouveau mouvement idéologique au sein de la société baptisé "néo-patriote", et plus généralement les conséquences de la banalisation de la xénophobie dans le pays. Entretien avec l'une des deux auteures, Petra Dvořaková.
Qu'est-ce qui vous a poussées, toi et Fatima Rahimi, à vous infiltrer dans les milieux de l'extrême-droite tchèque pour écrire votre série de reportages ?
Il y a des gens qui ne parlent presque jamais aux journalistes. Tomio Okamura, aujourd'hui vice-président de la Chambre des représentants de la République tchèque, est l'un d'entre eux. Il mène le quatrième parti parlementaire tchèque - le SPD -, se fait un fric monstre avec les opinions xénophobes et ne répond presque jamais aux appels des journalistes. Et ces derniers ne réagissent . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois
puis à partir de 
2€50/mois
sans engagement de durée

André Kapsas