Slovaquie : près d’un retraité sur cinq obligé de retourner au turbin

Environ 246 000 retraités slovaques, soit 17% d’entre eux, travaillent encore. Souvent, ils sont contraints d’accepter des postes mal payés, aux horaires décousus, loin de la retraite paisible imaginée…
Bratislava, correspondance - Mária Majerčinová a accepté que l’on se rencontre dans les bureaux du Centre National des Droits de l’Homme à Bratislava. Pas pour se plaindre de son sort, mais pour dénoncer une situation devenue monnaie courante en Slovaquie : un nombre croissant de retraités, comme elle, ne peut pas vivre décemment, tant leur retraite est minuscule. "Je travaille depuis 45 ans comme employée dans une bibliothèque municipale à Bratislava, à raison de 40 heures par semaine. Si je m’arrête, je ne toucherai que 520 euros de pension par mois", explique cette dame attachante, aux lunettes et cheveux gris, souriante malgré son dos qui la fait souffrir après près d’un demi-siècle passé à porter des piles de livres . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Laure de Charette