« Pandora Papers » : Andrej Babiš, ses sociétés offshores, sa villa sur la Côte d’Azur

A cinq jours des élections législatives où il joue sa réélection, le premier ministre tchèque Andrej Babiš est gravement mis en cause par les « Pandora Papers ». Il a investi 15 millions d'euros dans de l'immobilier de luxe en France, dans ce qui ressemble fort à des opérations de blanchiment d'argent . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée