Les dynamiques de la répression au Bélarus : une politique de la peur

La répression du mouvement de contestation au Bélarus a repris en intensité depuis quelques jours. Loin d'un retour aux méthodes d'avant les grandes manifestations du dimanche 22 août, les forces de sécurité semblent changer de méthode, non sans efficacité. Analyse par Milan Czerny

Au lendemain des élections au Bélarus, Alexandre Loukachenko a laissé carte-blanche aux forces de l’ordre pour conduire une répression massive contre des manifestants pacifiques. Des forces anti-émeutes OMON ainsi que des troupes d’élite - telles que les SOBR et Almaz du Ministère de l’intérieur et l’unité Alpha du KGB - ont été déployées et ont fait un large usage de munitions en caoutchouc et de grenades de désencerclement pour réprimer les mouvements de contestations. En outre, selon les chiffres officiels, du 9 au 12 août, 6 700 personnes ont été arrêtées . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Milàn Czerny