Heurs et malheurs de la « Grande Roumanie » dans l’entre-deux-guerres

La "Grande Union d'Alba Iulia" du 1er décembre 1918 semble avoir été le point d'orgue du récit national roumain, avec la création de la "Grande Roumanie" aux dépens de la Hongrie, de la Bulgarie et de la Russie. Ce nouveau format territorial n'est pas sans créer des tensions avec les minorités nationales durant l'entre-deux-guerres et fragilise grandement le régime monarchique, qui s'effondre en 1940 en faveur du dictateur d'extrême-droite Ion Antonescu.

A l'issue de la première guerre mondiale, la monarchie roumaine, qui s'était rangée du côté des alliés lors du conflit, s'agrandit considérablement. La "Grande Roumanie" (România Mare) double presque son territoire : elle étend bientôt son autorité sur la Bessarabie, la Bucovine, la Transylvanie, le Banat et réaffirme sa tutelle sur la Dobroudja méridionale . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois
puis à partir de 
2€50/mois
sans engagement de durée

Matthieu Boisdron