Gáspár Miklós Tamás : « En Europe centrale, la gauche a un problème de logistique »

Face au bulldozer (il)libéral, qui se fait de nombreux alliés dans les Balkans, la gauche a bien du mal à exister, même dans les luttes anti-corruption qui se secouent la région. Émigré de Roumanie, d’abord libertaire, un temps libéral, Gáspár Miklós Tamás est devenu une figure de proue du marxisme critique. Entretien.
En 2013, vous avez salué avec enthousiasme la parution en Roumanie d’un ouvrage intitulé Je suis un homme de gauche. Il faut du courage pour assumer un tel engagement à l’Est, comme vous le faisiez remarquer dans la préface . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois
puis à partir de 
2€50/mois
sans engagement de durée