En Slovaquie, le retour d’un fantôme nommé Vladimír Mečiar

« Si tu me poses encore une fois cette question, je t’ouvre le crâne en deux ! ». Empoigné par le politicien taillé comme une armoire à glace, le malheureux journaliste qui a eu l’outrecuidance de l’interroger sur l’origine de sa fortune manque de faire les frais de ses années de boxe. C’était dans la décennie quatre-vingt-dix, mais aujourd’hui, à l’âge de soixante-dix-sept ans, Vladimír Mečiar, retiré dans sa luxueuse villa dans une station thermale bucolique entourée de collines verdoyantes, ferait presque papi. Le voilà pourtant sur le retour . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Corentin Léotard