Aux abois, Robert Fico joue la carte « Soros »

Le Premier ministre slovaque, dont la survie politique est menacée après l'assassinat d'un journaliste à fin du mois de février, a laissé entendre que c’est l'homme d'affaires George Soros qui tente de déstabiliser son gouvernement. « Je veux poser une question simple à M. le président. Le 20 septembre 2017 à New York, sur la Cinquième avenue, pourquoi le chef d’État a-t-il rendu visite en privé à une personne, donc la réputation est discutable et dont le nom est George Soros . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée