Au colloque de l’EHESS sur la Shoah, « les nationalistes polonais attendaient les intervenants dehors »

Jeudi et vendredi dernier, un colloque scientifique consacré à "l'École polonaise de la Shoah" a été perturbé par des militants nationalistes polonais. De nombreux chercheurs ont été malmenés à l'intérieur et à l'extérieur de l'enceinte universitaire, en raison de leurs prétendues positions "anti-polonaises".
"Nous sommes sous le choc. Il y a eu des perturbations dans la salle - j’y étais l’après-midi du jeudi. Je me suis retrouvée par hasard parmi un groupe assez conséquent de supporteurs de Gazeta Polska, assise à côté du curé au milieu". Dans l'amphithéâtre François Furet de l'École des hautes études en sciences sociales, Joanna assiste avec une centaine de participants à l'irruption de militants nationalistes polonais venus contester à des historiens le droit de débattre du passé de la Pologne, de l'histoire de la Shoah, des chevauchements mémoriels juifs et polonais.

La scène a effectivement de quoi choquer : elle se déroule au cœur de Paris, dans une enceinte universitaire prestigieuse. Les propos qui sont tenus sont explicitement antisémites. Le ton qui domine est agressif et menaçant.

"Le matin . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Ludovic Lepeltier-Kutasi