A l’ombre des villas, sur les hauteurs de Budapest, les mal-logés cherchent à conjurer leur sort

Le mal-logement est un phénomène qui touche de plus en plus d'habitants à Budapest, en raison principalement de la hausse des prix de l'immobilier et de la multiplication des programmes de réhabilitation urbaine. Qu'ils vivent seuls, en couple ou en famille, de plus en plus de Budapestois sont contraints de s'inventer un nouveau chez-eux dans des gîtes de fortune situés aux marges de la capitale, sur les collines de Buda ou aux abords des villages de l'Alföld. Reportage.

En raison de la hausse brutale des prix de l'immobilier - notamment des loyers - et aussi de la multiplication des programmes de réhabilitation urbaine dans plusieurs arrondissements de Budapest, de plus en plus de personnes démunies ne peuvent plus conserver leur logement et se voient ainsi contraints de quitter la capitale.

Même ceux qui disposent d'un revenu régulier et vivent dans des conditions matérielles stables sont parfois amenés à s'installer en dehors de la ville, car ils ne peuvent plus se permettre de payer tous les mois entre 150-200 000 de charges et de loyers, y compris pour des logements situés . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois
puis à partir de 
2€50/mois
sans engagement de durée