A la recherche de la Mitteleuropa dans les petits villages de Slovaquie

La photographe slovaque Jana Šturdíková a sillonné le pays pour saisir les manoirs à l'abandon, mais pleins d'histoire. "Les Slovaques ne sont pas incultes, mais il faut beaucoup de pression pour que les choses bougent", dit-elle après des années de tourisme mélancolique.

Bratislava, correspondance - Imaginez que vous vivez dans le voisinage d'un château dans lequel le fameux pianiste Franz Schubert jouait pour le riche et puissant clan des aristocrates austro-hongrois, les Esterházy. Chaque soir, depuis des années, vous regardez, par la fenêtre de votre petite maison paysanne, la bâtisse se détériorer à vue d'œil. Vous vous souvenez que, dans votre enfance, c'était le château qui accueillait l'école de village, que son parc employait un jardinier à qui vous disiez bonjour chaque matin. Mélancolique image ? Oui, le tourisme pour lequel a opté Jana Šturdíková est comme ça . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

 

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée

Vera Cosculluela