A Budapest, des commémorations à couteaux tirés entre le pouvoir et l’opposition

La fête nationale du 23 octobre, commémorant l'insurrection hongroise de 1956, a encore une fois donné lieu à de multiples célébrations par le gouvernement et les partis politiques d'opposition. Réunis sur Bem tér, les partis de gauche ont affiché une unité rare.
"Il est important que les fêtes nationales soient célébrées comme des fêtes communes, et je ne pense pas que ce soit une bonne chose qu'elles se soient transformées depuis les années 90 en rassemblements de partis politiques". Ces mots de l'ancien ministre aux affaires étrangères Géza Jeszenszky résument bien l'état d'esprit dans lequel les Hongrois ont commémoré cet après-midi le 62e anniversaire de l'insurrection de Budapest. Comme à l'accoutumée, le pouvoir et l'opposition ont tenu à célébrer séparément les "héros de 1956", chaque camp cherchant à en capter l'héritage. Faits marquants s'ils en sont : la guerre que se sont livrés à distance le Jobbik et le nouveau parti d'extrême-droite "Mi Hazánk", ainsi que l'attelage inédit de la manifestation de . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois
puis à partir de 
2€50/mois
sans engagement de durée

Ludovic Lepeltier-Kutasi