Kiev partagée entre anxiété et résignation. « Personne ne sait quoi faire en cas d’attaque, c’est pas Israël ici »

La perspective d’une invasion russe n’a pas fondamentalement bouleversé la vie des habitants de la capitale, très peu informés quant à la marche à suivre en cas d’attaque. De l’indifférence au plan d’évacuation en passant par la résistance armée, les réactions divergent . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois puis à partir de 2€50/mois sans engagement de durée