Budapest, une candidate sérieuse aux JO 2024

La capitale hongroise a-t-elle une chance face à Los Angeles, Paris et Rome comme candidate à l’organisation des Jeux olympiques d’été 2024 ? Selon le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach, présent ce mardi en Hongrie, ses chances de succès sont réelles.

Lors de l’Assemblée générale extraordinaire du Comité National Olympique hongrois convoquée pour marquer le 120e anniversaire de son existence, le président Thomas Bach a insisté sur la solide tradition sportive de la Hongrie ainsi que sur les relations historiques qui unissent le pays au Mouvement olympique, rappelant notamment le rôle du Hongrois Ferenc Kemény dans la création du CIO.

Le président du CIO s’est dit impressionné de la manière dont la capitale hongroise a rapidement adopté les principes de l’Agenda olympique 2020 en vue de de la candidature de Budapest à l’organisation des Jeux Olympiques de 2024 : « La durabilité, la faisabilité et l’héritage constituent les pierres angulaires de la candidature de Budapest, dans le droit fil de l’Agenda olympique 2020. Le train de réformes contenues dans l’Agenda olympique 2020 permet plus aisément aux pays comme la Hongrie d’utiliser les Jeux Olympiques comme catalyseurs de leurs besoins à long terme en matière développement ».

Thomas Bach, a rencontré au cours de sa visite le premier ministre Viktor Orbán, ainsi que le président János Áder. « La Hongrie détient un record remarquable, à savoir celui du pays qui a remporté plus de médailles que tout autre pays sans avoir jamais accueilli les Jeux Olympiques. C’est un record impressionnant et la Hongrie peut, à juste titre, être fière d’un tel succès sportif » a déclaré Thomas Bach.

Fin novembre, le CNO avait commis une bourde en affirmant avoir déjà reçu le soutien de 16 pays, la plupart de la région Europe centrale et orientale, s’attirant une réprimande du CIO.

Au début du mois de décembre, la municipalité de Budapest s’est opposée à l’idée d’un referendum sur l’organisation des Jeux, réclamé par l’opposition qui craint des dépassements du budget alloué. Il faudra attendre 2017 pour connaître l’élue 2024.

Source : communiqué de presse du CIO, lapresse.ca