En janvier 1906, « l’attentat de Debreczin » révèle les limites du compromis austro-hongrois

Survenu le 2 janvier 1906, "l'attentat de Debreczin" contre le préfet royal Gusztáv Kovács n'est qu'une manifestation parmi d'autres des tensions entre l'empereur d'Autriche François-Joseph et les indépendantistes hongrois. L'enjeu de la grogne populaire : l'introduction du hongrois comme langue de commandement et de service des unités militaires austro-hongroises stationnées en Hongrie . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois
puis à partir de 
2€50/mois
sans engagement de durée

Matthieu Boisdron