« En 1968, nous pensions que la Tchécoslovaquie pouvait servir de modèle à l’URSS »

Le 25 août 1968, huit dissidents soviétiques ont protesté sur la Place rouge à Moscou contre l'invasion, quatre jours plus tôt, de la Tchécoslovaquie par les troupes du Pacte de Varsovie. Trois d'entre eux, les trois derniers encore vivants, ont été reçus au ministère des Affaires étrangères tchèque à Prague en juin dernier. Cinquante ans après l'écrasement du Printemps de Prague, cette cérémonie a été l'occasion de rendre hommage à ces femmes et à ces hommes pour leur courage et leur engagement pour la liberté. Le site d'information Aktuálně.cz a publié une interview avec un de ces héros – Pavel Litvinov.

Avec le temps, quel regard portez-vous aujourd'hui sur votre manifestation contre l'occupation de la Tchécoslovaquie par les armées du Pacte de Varsovie ?

Cela a été un des moments les plus marquants de ma vie. Nous nous sommes exprimés en faveur de la liberté de parole, avons pris position pour la liberté de la petite Tchécoslovaquie qui venait d'être envahie par les chars de l'Union soviétique, pour les principes d'indépendance et la protection des . . .

Abonnez-vous au Courrier d'Europe centrale

1€ le premier mois
puis à partir de 
2€50/mois
sans engagement de durée